Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 23 juin 2014 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2014/06/23

Q : Selon le rapport publié récemment par le gouvernement japonais sur la « déclaration de Yohei Kono », écouter les témoignages de femmes de réconfort était pour leur exprimer de la sympathie et non vérifier les faits historiques, et le Japon et la République de Corée ont eu des négociations sur les termes de cette « déclaration ». La République de Corée a critiqué la partie japonaise d'avoir, dans ce rapport d'investigation, dissimulé les faits et compromis gravement l'esprit de la « déclaration de Yohei Kono ». Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : L'enrôlement forcé des « femmes de réconfort » constitue un grave crime contre l'humanité commis par les militaristes japonais contre les peuples asiatiques victimes durant la Seconde Guerre mondiale. Les preuves en sont indéniables. La soi-disant investigation du Japon a révélé encore une fois ses véritables intentions de refuser de faire face à l'histoire et de minimiser ses crimes d'agression. Nous exhortons la partie japonaise à regarder en face son passé d'agression et à s'en repentir, à observer, avec une attitude responsable, la « déclaration de Yohei Kono » et les autres déclarations et engagements faits devant la communauté internationale et à gérer adéquatement, par des actes concrets, les questions léguées par l'histoire, y compris le dossier des « femmes de réconfort ».

Q : Selon des sources, un groupe d'assaillants ont attaqué samedi dernier un commissariat de police au Xinjiang et blessé plusieurs policiers. Veuillez le confirmer. Et quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Concernant l'attaque terroriste qui a eu lieu le 21 juin à Kargilik au Xinjiang, l'agence Xinhua en a déjà publié des informations et vous pourriez les consulter. Je voudrais souligner que ces terroristes ont ciblé les autorités d'application de la loi de base, gravement perturbé l'ordre social et défié ostensiblement le pouvoir public. Les autorités de sécurité publique chinoises mènent actuellement une opération spéciale de lutte contre les activités violentes et terroristes, ayant pour objectif de préserver la stabilité sociale, la sécurité nationale et la dignité du droit et d'assurer la sécurité des biens du peuple. J'espère que les efforts du gouvernement chinois pourront bénéficier de la compréhension et du soutien de vous tous.

Q : Dans une récente interview accordée au Quoditien du Peuple, des experts chinois ont souligné l'importance de la « souveraineté dans le cyberespace », qui, selon eux, se conforme au droit international, en estimant que les différents pays peuvent définir et appliquer en indépendance leurs politiques et règlements en matière d'Internet selon leurs besoins de sécurité et de développement et que les autres pays n'ont pas le droit de s'y ingérer. Quels en sont vos commentaires ?

R : La position de la Chine sur la question du cyberespace est très claire. Le Bureau national de l'Information en ligne et d'autres départements compétents ont exposé à plusieurs reprises la position et la politique de la Chine sur la gestion d'Internet. Veuillez les consulter.

Q : Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a avancé le 20 juin un plan en six points pour régler la crise en Syrie. Quelle est votre commentaire à ce sujet ?

R : Nous soutenons depuis toujours les efforts de médiation du Secrétaire général des Nations Unies pour le règlement de la question syrienne et la nomination rapide d'un successeur au représentant spécial Lakhdar Brahimi de sorte à maintenir et à promouvoir l'élan d'un règlement politique. Nous attachons un grand prix aux efforts en faveur d'une solution politique et nous avons avancé « cinq principes » à poursuivre : régler la question syrienne par des moyens politiques, laisser le peuple syrien décider lui-même de l'avenir de son pays, faire avancer le processus de transition politique inclusif, œuvrer pour la réconciliation et l'unité nationales en Syrie et poursuivre l'aide humanitaire en Syrie et dans les pays voisins. L'essentiel, c'est d'encourager les deux parties syriennes à trouver une « voie médiane » qui correspond aux réalités nationales de la Syrie et tient compte des intérêts des différentes parties syriennes. Le développement des forces terroristes et extrémistes constitue déjà une menace réelle à la Syrie, aux autres pays de la région voire aux pays hors de la région. La communauté internationale doit y prêter une haute attention et renforcer la coopération dans ce domaine qui est un volet important du règlement de la question syrienne.

Q : Le mouvement « Occupy Central » et le « référendum » ont réuni des centaines de milliers de personnes à Hong Kong. Est-ce que cela signifie que la plupart des Hongkongais sont mécontents de la politique du gouvernement central vis-à-vis de Hong Kong ? Est-ce que vous allez réexaminer cette politique ?

R : Le porte-parole du Bureau des Affaires de Hong Kong et de Macao relevant du Conseil des Affaires d'Etat s'est prononcé sur ce qui s'est produit récemment à Hong Kong que vous avez évoqué. Veuillez le consulter.

Après la conférence, un journaliste a posé une question : Le Président ukrainien Petro Porochenko a présenté le 20 juin son plan de paix de quinze mesures concrètes pour l'est du pays et décrété un cessez-le-feu unilatéral de sept jours dès le 20 juin dans cette région. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

La porte-parole Hua Chunying a indiqué que la Chine saluait tout effort visant à apaiser la situation en Ukraine et espérait que les parties concernées pourraient travailler ensemble pour créer des conditions favorables au règlement politique de la question ukrainienne.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés