Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 16 juin 2014 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2014/06/16

Q : Le 14 juin, s'est tenu le deuxième tour de l'élection présidentielle en Afghanistan. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La Chine se réjouit de voir le deuxième tour de l'élection présidentielle afghane se terminer sans à-coups, et tient à exprimer ses félicitations. En tant que bon voisin, la Chine respecte le choix du peuple afghan et souhaite voir un Afghanistan solidaire, stable, en développement et amical. Elle continuera à travailler à l'approfondissement du partenariat stratégique entre les deux pays et entend travailler avec la communauté internationale pour aider l'Afghanistan à réaliser au plus tôt la paix, la stabilité et la prospérité.

Q : Le Premier Ministre indien Narendra Modi est en visite au Bhoudan. Selon certaines analyses, cette visite a pour objectif de renforcer le contrôle indien sur la région environnante, acte considéré comme dirigé contre la Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ? Par ailleurs, lors d'une interview accordée à « The Hindu », le Premier Ministre bhoudanais a affirmé que la Chine n'a toujours pas d'ambassade an Bhoudan. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous sommes heureux de voir nos voisins développer des relations d'amitié, de coopération et de bénéfices mutuels avec leurs pays voisins. La Chine attache toujours une haute importance au développement de ses relations avec l'Inde. Grâce aux efforts communs des deux parties, ces dernières années, le partenariat de coopération stratégique sino-indien tourné vers la paix et la prospérité se développe de manière saine et régulière. Depuis l'entrée en fonction après la présentation de serment du nouveau gouvernement indien, le Premier Ministre Li Keqiang a eu un entretien téléphonique avec son homologue indien Narendra Modi. Il y a peu, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, en tant qu'Envoyé spécial du Président Xi Jinping, a effectué une visite réussie en Inde. Les deux parties sont convenues de maintenir la dynamique des échanges de haut niveau et de faire progresser le partenariat de coopération stratégique sino-indien. Pleins de confiance, nous attendons beaucoup de l'avenir des relations sino-indiennes.

Quant aux relations entre la Chine et le Bhoudan, les deux pays maintiennent des échanges amicaux bien qu'ils n'aient pas encore établi de relations diplomatiques. La Chine respecte l'indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale du Bhoudan et entend développer davantage les relations d'amitié et de bon voisinage avec le Bhoudan sur la base des Cinq Principes de la Coexistence pacifique.

Q: Du 16 au 20 juin, les Six et l'Iran tiendront un nouveau tour de négociations. Veuillez présenter la participation de la partie chinoise et ses attentes de ce tour de négociations.

R: Le 5e tour de négociations entre les Six et l'Iran sur le dossier nucléaire iranien se tiendra à Vienne du 16 au 20 juin pour reprendre les négociations d'un accord global sur le règlement de la question iranienne. Le Directeur du Contrôle des Armements du Ministère chinois des Affaires étrangères Wang Qun assistera à la réunion à la tête d'une délégation.

Depuis le début de l'année, quatre tours de négociations pour un accord global se sont déjà tenus entre les Six et l'Iran. Et nous sommes entrés dans la phase cruciale des négociations sur le texte de l'accord avec des questions plus compliquées et plus sensibles. Le 20 juillet est le dernier délai pour les Six et l'Iran de parvenir à un accord global.

Un vieil adage chinois dit: « Un voyageur qui a déjà effectué 90% de son trajet se doit de considérer qu'il n'est encore qu'à mi-chemin ». La partie chinoise espère que les différentes parties pourront continuer à travailler dans une attitude souple, pragmatique et constructive, et à oeuvrer dans le même sens sur la base des travaux accomplis et à prendre en compte les préoccupations de part et d'autre pour faire aboutir ce tour de négociations à de réels résultats avec des actions concrètes.

La Chine continuera à participer au processus de négociations de manière constructive et à travailler ensemble avec les différentes parties pour surmonter les difficultés et faire de sorte qu'un accord global juste, équitable et gagnant-gagnant soit conclu dans les meilleurs délais.

Q: Selon des informations, la force terrestre d'autodéfense japonaise a récemment déployé des missiles sol-mer sur l'île Miyako à Okinawa et envisage d'en déployer d'autres de manière intensive à la préfecture de Kumamoto en 2016. Selon des médias, ce geste aurait pour but de répondre aux attaques chinoises sur les îles périphériques au sud-ouest. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Les évolutions concernées japonaises dans les domaines militaire et sécuritaire auront des impacts complexes sur l'environnement sécuritaire de la région. La partie japonaise doit donner des explications responsables sur sa véritable intention. La Chine s'en tient au principe diplomatique de bon voisinage et à la politique de la défense nationale à caractère défensif. Dans le même temps, elle répondra aux évolutions de la situation sécuritaire de manière déterminée et efficace pour préserver fermement sa souveraineté territoriale.

Q : Au cours de la visite du Premier Ministre Li Keqiang au Royaume-Uni, quels résultats seront dégagés par les deux parties ?

R : Le Premier Ministre Li Keqiang est parti ce matin au Royaume-Uni pour participer à la rencontre annuelle des Premiers Ministres chinois et britannique et effectuer une visite officielle au Royaume-Uni. Très attachées l'une comme l'autre à la visite du Premier Ministre Li Keqiang, les deux parties ont prévu un programme de visite riche et chargé et se concertent pour la dernière fois sur les acquis de la visite et d'autres questions. Nous espérons que cette visite permettra de renforcer davantage la confiance politique mutuelle sino-britannique, d'approfondir et d'élargir la coopération pragmatique dans divers domaines pour porter les relations sino-britanniques à un nouveau palier. Quant aux fruits concrets de la visite, nous publierons les informations en temps utile.

Q : Selon des informations, le Ministre philippin des Affaires étrangères appellera, par l'intermédiaire de l'ASEAN, à suspendre tous les travaux de remblai en Mer de Chine méridionale pendant les négociations sur un code de conduite en Mer de Chine méridionale entre l'ASEAN et la Chine. La Chine répondra-t-elle à cet appel ?

R : La souveraineté chinoise sur les îles Nansha et les eaux environnantes est incontestable. Les activités chinoises sur les îlots et atolls des îles Nansha relèvent totalement de la souveraineté chinoise. Depuis les années 1970, les Philippines, à l'encontre de la Charte des Nations Unies et des principes du droit international, se sont emparées illégalement par force de certains îlots et atolls des îles Nansha, y compris l'île Zhongye. Nous demandons à la partie philippine de retirer toutes ses installations et tous ses personnels des îlots et atolls des îles Nansha qu'elle occupe illégalement.

En décembre 2013, le Ministère philippin de la Défense a annoncé un investissement énorme destiné à améliorer la piste de l'aéroport de l'île Zhongye et les installations de la Marine. En janvier dernier, un officiel de l'armée philippine a affirmé le projet de faire de l'« île Calayan » un aéroport aux dimensions mondiales. La partie philippine d'une part mène des actes provocateurs délibérés, d'autre part tient des propos déplacés sur les actions légitimes chinoises relevant de la souveraineté chinoise, ce qui est complètement irrationnel. Nous demandons à la partie philippine de corriger les pratiques erronées, de respecter la Déclaration sur la conduite des parties en Mer de Chine méridionale (DOC) et de ne plus engager des actions provocatrices susceptibles d'aggraver ou compliquer la situation.

Les différends sur la souveraineté des îlots et atolls des îles Nansha ne relèvent pas d'une question entre la Chine et l'ASEAN. La Chine et les pays membres de l'ASEAN ont dégagé des consensus sur le respect global et efficace de la DOC et les négociations sur un code de conduite en Mer de Chine méridionale dans ce cadre. Nous espérons travailler ensemble avec les pays concernés pour observer scrupuleusement la DOC et préserver ensemble la paix et la stabilité en Mer de Chine méridionale.

Q : Selon des informations, le 14 juin, un avion de transport ukrainien a été abattu par des insurgés à Lougansk. Plusieurs soldats ukrainiens à bord ont trouvé la mort. Le même jour, quelque 300 protestants ukrainiens ont attaqué l'Ambassade de Russie en Ukraine. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous suivons de près la situation en Ukraine. Nous avons constaté que le Président Poroshenko, après sa prise de fonction, a avancé un « plan de paix » pour stabiliser la situation dans l'est du pays et que les différentes parties procèdent à d'intenses contacts pour trouver un règlement politique à la crise ukrainienne. Actuellement, la situation en Ukraine se trouve dans une phase cruciale. Nous espérons que les différentes parties pourront faire preuve de sang-froid et de retenue, réaliser au plus vite le cessez-le-feu dans les régions de conflit et éviter de rendre le bilan humain plus lourd afin de créer des conditions favorables au règlement politique de la question ukrainienne.

La Chine condamne les opérations de siège des missions diplomatiques et consulaires. Conformément au droit international, notamment la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, la sécurité des institutions et des personnels diplomatiques doit être assurée de manière efficace.

Q : Selon les informations de Kyoto News Service, le Premier Ministre japonais Shinzo Abe entend accélérer le processus d'amendement de la Constitution. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Pour des raisons historiques, la direction du développement du Japon préoccupe hautement les pays voisins asiatiques et la communauté internationale. Ces derniers temps, la partie japonaise a provoqué fréquemment des incidents, exagéré les tensions et propagé la soi-disant menace chinoise dans l'objectif de préparer et de trouver des prétextes pour l'amendement de la constitution et l'expansion des armements.

Nous avons pris note des discussions à l'intérieur du Japon sur le droit de l'autodéfense collective, et la direction du développement du Japon doit au fond être choisie par le peuple japonais. Force est à souligner qu'aucun ajustement de la politique japonaise dans les domaines militaire et sécuritaire ne doit porter atteinte à la souveraineté et aux intérêts sécuritaires de la Chine.

En Chine, un vieil adage raconte l'histoire de la « hache du voisin » : Un homme qui a perdu sa hache soupçonne son voisin de l'avoir volée. A ses yeux, tous les gestes du voisin font penser à un voleur. Plus tard, le jour où il a retrouvé sa hache, tout ce que son voisin fait lui paraît rien de plus normal. Le Japon a aussi perdu quelque chose, à savoir la vision correcte sur son passé et le développement de ses voisins, et l'appréciation juste du courant de l'époque. Nous espérons que le Japon pourra retrouver au plus vite ce qu'il a perdu pour voir et développer ses relations avec les pays voisins avec un état d'esprit normal et correct.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés