Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 11 juin 2014 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2014/06/11

Q : Le Ministre australien de la Défense est en visite au Japon. Il a exprimé son souhait de promouvoir, à travers sa visite, la coopération militaro-technologique entre les deux pays, y compris l’achat des sous-marins. Quelle est l’attitude de la Chine sur ce sujet ?

R : La Chine estime toujours que les pays de l’Asie-Pacifique doivent développer entre eux des relations de coopération amicale sans compromettre les intérêts de la partie tierce et travailler ensemble pour préserver la stabilité, la paix et la prospérité dans la région.

Q : La 24e réunion de la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer a tenu une session spéciale pour commémorer le 20e anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention. Selon la partie chinoise, quelle est la signification importante de cette Convention ? Quel rôle la Chine a-t-elle joué dans les affaires maritimes internationales ?

R : Le 9 juin à New York, la 24e réunion de la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer a tenu une session spéciale pour commémorer le 20e anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention. L’Ambassadeur Wang Min, Représentant adjoint de la Mission permanente de Chine auprès des Nations Unies et Chef de la délégation chinoise à la Conférence a pris la parole lors de la réunion pour préconiser l’établissement d’un ordre maritime harmonieux et le règlement des litiges par voie de négociations entre les pays directement intéressés.

Nous estimons que la Convention a établi un cadre juridique de base pour l’ordre maritime de notre époque, et qu’elle est largement acceptée dans le monde.

La Chine attache une haute importance au développement de la cause maritime, participe activement aux affaires maritimes internationales et préconise l’établissement et la préservation d’un ordre maritime harmonieux. Un ordre maritime harmonieux signifie qu’il nous faut respecter non seulement la souveraineté, les droits souverains et la juridiction des pays littoraux, mais aussi le droit et la liberté de tous les pays d’utiliser légitimement et pacifiquement la mer. Un ordre maritime harmonieux demande aussi aux différents pays d’être fidèles à l’esprit de la Convention, d’exercer leurs droits en vertu de la loi, d’accomplir, de bonne foi, leurs obligations et responsabilités, et de se conformer aux règles et principes du droit internationale général pour les questions non prévues dans cette Convention.

La Chine œuvre fermement pour préserver et promouvoir le respect du droit maritime international dans la gouvernance des mers et le règlement pacifique des contentieux en mer. Le gouvernement chinois, qui poursuit toujours la politique extérieure d’indépendance et de paix, préconise le règlement pacifique des litiges en mer dans le respect des buts et principes de la Charte des Nations Unies ainsi que des dispositions concrètes de la Convention, et respecte le droit légitime des différents pays de choisir en toute indépendance les moyens pacifiques de règlement des litiges. Le moyen le plus efficace et le plus généralement adopté à l’échelle internationale pour régler pacifiquement les litiges en mer consiste en négociations et consultations entre les pays directement concernés sur la base du respect des faits historiques et du droit international. Cette approche a, par ailleurs, enregistré une grande quantité d’expériences réussies.

Q : Le Négociateur en chef de la République de Corée pour les pourparlers à Six Hwang Joon-kook est en visite en Chine. Veuillez nous en donner des informations.

R : Le 10 juin, le Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires de la Péninsule coréenne Wu Dawei s’est entretenu avec Hwang Joon-kook, Représentant spécial pour les affaires de la paix et de la sécurité dans la Péninsule coréenne et Négociateur en chef de la République de Corée pour les pourparlers à Six en visite en Chine. Les deux parties ont eu des échanges de vues approfondis sur la reprise des pourparlers à Six.

Q : La Chine a soumis sa demande à l’UNESCO pour l’inclusion des documents concernant le massacre de Nanjing et les « femmes de réconfort » enrôlées de force par l’armée japonaise dans le Registre de la Mémoire du Monde. Le Japon a fait savoir qu’il avait fait par la voie diplomatique une protestation sur ce sujet à la partie chinoise, appelant cette dernière à retirer cette demande. Comment y réagissez-vous ?

R : Comme je l’ai dit hier, si la Chine a fait cette demande d’inclusion des documents concernés au Registre de la Mémoire du Monde, le but est de garder l’histoire à l’esprit, de chérir la paix, de défendre la dignité de l’humanité, et d’éviter la reproduction à l’avenir de tels actes contre l’humanisme, contre les droits de l’homme et contre l’humanité. Nous n’acceptons pas les représentations injustifiées de la partie japonaise et nous ne retirerons pas notre demande.

Q : Selon des informations, le 10 courant, la Chine et la Russie ont soumis conjointement à la Conférence du Désarmement à Genève un nouveau projet du traité sur la prévention du placement d’armes dans l’espace extra-atmosphérique et de l’emploie ou de la menace de la force contre des objets spatiaux. Veuillez nous en donner des informations.

R : Le 10 juin, la Chine et la Russie ont soumis conjointement à la Conférence du Désarmement à Genève un nouveau projet du traité sur la prévention du placement d’armes dans l’espace et de l’emploi ou de la menace de la force contre des objets spatiaux. Ce nouveau projet, compte tenu des évolutions de ces dernières années dans le domaine de la sécurité de l’espace extra-atmosphérique et prenant en considération de manière équilibrée les points de vue et les préoccupations de différents pays, a apporté des modifications et améliorations au projet du traité de 2008. Il s’agit là des les efforts actifs des deux pays pour promouvoir la négociation et l’élaboration d’un traité sur le contrôle de l’armement et prévenir la course aux armements dans l’espace.

Préserver la paix et la tranquillité de l’espace, c’est la responsabilité commune de la communauté internationale. Je voudrais saisir cette occasion pour réitérer la position constante de la Chine qui préconise l’utilisation pacifique de l’espace et s’oppose à la militarisation de l’espace et à la course aux armements dans l’espace. Nous appelons la communauté internationale à conclure au plus tôt, à travers les négociations et sur la base du projet sino-russe, un traité international juridiquement contraignant, pour préserver fondamentalement la paix et la sécurité dans l’espace. Nous espérons que certains pays pourront prêter une oreille attentive à l’appel de la communauté internationale et répondre, dans une attitude constructive, à la proposition de négociation.

Q : Selon la partie vietnamienne, la partie chinoise aurait envoyé 6 navires militaires pour protéger la plate-forme HYSY 981 dans les eaux controversées. Est-ce que cela aggravera la tension ? Où est la nouvelle localisation de la plate-forme chinoise ? Pendant combien de temps l’opération de forage va-t-elle durer ?

R : La plate-forme HYSY 981 mène une activité non gouvernementale. Vu les perturbations continues, violentes et illicites de la partie vietnamienne, nous avons envoyé des bateaux administratifs pour assurer la sécurité sur place.

Sur l’opération de la plate-forme HYSY 981, nous avons exprimé notre position à plusieurs reprises. L’opération chinoise concernée est une activité normale dans la zone contiguë des îles Xisha de Chine. La partie vietnamienne a envoyé de nombreux bateaux, y compris des navires armés, pour perturber continuellement, illicitement et violemment l’opération normale chinoise, ce qui est totalement injustifié. Dans le même temps, la partie vietnamienne a fermé les yeux sur les actes d’attaque, de sabotage, de pillage et d’incendie perpétrés par une poignée de Vietnamiens contre les entreprises chinoises et d’autres pays ainsi que leurs personnels, causant ainsi de lourdes pertes humaines et matérielles. Jusqu’à présent, aucune explication ne nous a été donnée. Nous demandons à la partie vietnamienne de cesser immédiatement tout acte de perturbation et de sabotage sur place, de retirer sans tarder tous ses navires et ses personnels, et d’arrêter immédiatement tout acte de violation de la souveraineté, des droits souverains et de la juridiction de la Chine.

Concernant la durée de l’opération de forage, la note publiée par le département chinois compétent a été très claire là-dessus. L’entreprise chinoise mène depuis dix ans dans les eaux concernées des activités d’exploration. La présente opération a débuté le 2 mai et serait menée jusqu’à mi-août.

Q : Selon des médias vietnamiens, récemment, un bateau de pêche vietnamien aurait été heurté et coulé par un bateau chinois dans le Golfe Beibu, ce qui aurait causé des blessés vietnamiens. Comment y réagissez-vous ?

R : Je ne suis pas au courant de l’information que vous évoquez et je ne dispose pas d’éléments là-dessus.

Hua Chunying : Demain (le 12 juin) après-midi, après la conférence de presse, le Ministère des Affaires étrangères tiendra ici un point de presse pour les journalistes chinois et étrangers. Le Vice-Ministre des Affaires étrangères Wang Chao et le Ministre-assistant du Commerce Wang Shouwen présenteront des informations sur la rencontre annuelle du Premier Ministre Li Keqiang avec son homologue britannique et la prochaine visite du Premier Ministre Li Keqiang au Royaume-Uni et en Grèce, et répondront aux questions. Vous êtes les bienvenus.

Par ailleurs, le 10 juin marque la deuxième « Journée Bas Carbone » de Chine. Le MAE a choisi cette semaine pour en faire la semaine de sensibilisation à l’économie d’énergie. Une série d’activités ont été organisées au Ministère ces derniers jours autour du thème « Mener ensemble une vie économe en énergie et bas carbone pour l’eau claire et le ciel bleu », comme administration bas carbone, économie d’énergie et protection de l’environnement.

La question de l’environnement écologique fait chaque jour davantage l’objet d’une large attention de la communauté internationale, et elle est déjà devenue un dossier brûlant dans les domaines politique, diplomatique, économique et autres à l’échelle internationale. Renforcer l’économie d’énergie et réduire les émissions en vue d’un développement bas carbone, tel est déjà un choix incontournable et un volet important pour l’édification de la civilisation écologique en Chine.

Nous entendons œuvrer ensemble avec tout le monde pour pratiquer le concept de l’économie d’énergie et du bas carbone dans notre travail et dans notre vie quotidienne, et contribuer à la préservation de notre foyer commun, la Terre, et au développement durable dans le monde entier.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés