Page d'accueil > Porte-parole du MAE
Conférence de presse du 9 juin 2014 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2014/06/09

Q : Selon un reportage de South China Morning Post, la Chine envisage d'investir massivement pour construire un aéroport sur l'atoll Yongshu. Pourriez-vous le confirmer ?

R : Je n'ai pas lu le reportage que vous aviez évoqué et donc je ne suis pas en mesure de me prononcer sur l'authenticité de l'information. Or, je crois que vous connaissez la position du gouvernement chinois. La souveraineté de la Chine sur les îles Nansha et leurs eaux adjacentes est incontestable. Si elle veut entreprendre des activités sur les îles et atolls concernés, cela relève totalement de la souveraineté chinoise.

Q : Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi est en visite en Inde. Veuillez nous en donner plus d'informations.

R : En tant qu'Envoyé spécial du Président Xi Jinping, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi effectue une visite officielle en Inde. Hier, il s'est entretenu avec la Ministre indienne des Affaires extérieures Sushma Swaraj.

Selon le Ministre Wang Yi, la Chine et l'Inde sont deux acteurs majeurs montants dans l'évolution d'un monde multipolaire et la relation sino-indienne est l'une des relations bilatérales les plus dynamiques et les plus prometteuses du 21e siècle. La Chine accueille favorablement le développement de l'Inde, affirme-t-il, ajoutant qu'elle soutient et souhaite le bon déroulement du développement indien. Il a exprimé la volonté de la Chine de construire avec l'Inde un partenariat plus étroit et global pour le développement et de réaliser ensemble avec elle un développement pacifique, durable et soutenu par la coopération pour traduire en actes concrets le partenariat de coopération stratégique sino-indien pour la paix et la prospérité et le mettre au service du renouveau national des deux pays ainsi que de la paix et du développement dans la région et dans le monde.

La Ministre Sushma Swaraj a affirmé que le nouveau gouvernement indien est très attaché aux relations avec la Chine, grand pays d'une influence importante et deuxième économie du monde, et appliquerait une politique chinoise active pour porter les relations indo-chinoises à un niveau plus élevé, comme le souhaite vivement le peuple indien.

En vue d'approfondir les relations bilatérales, les deux parties sont parvenues aux consensus suivants :

Premièrement, poursuivre la dynamique des échanges de haut niveau. Les deux pays conviennent de renforcer leur dialogue stratégique et de faire une planification stratégique des relations bilatérales pour en orienter le développement. Ils s'assureront du succès des célébrations du 60e anniversaire du lancement des Cinq Principes de la Coexistence pacifique conjointement par la Chine, l'Inde et le Myanmar pour transmettre et faire rayonner l'esprit de ces principes.

Deuxièmement, promouvoir énergiquement la coopération pragmatique. Les deux pays feront valoir la complémentarité du marché chinois et du marché indien et travailleront à l'intégration économique régionale et à l'émergence de nouveaux pôles de croissance mondiale. Ils accéléreront les travaux d'interconnexion et œuvreront à associer la politique indienne de « regard vers l'Est » et l'accélération de l'ouverture de la Chine vers l'Ouest et à faire progresser conjointement les projets de coopération comme la construction d'un corridor économique Bangladesh-Chine-Inde-Myanmar. Les efforts porteront aussi sur l'élargissement du commerce et de l'investissement mutuel en vue d'un développement partagé.

Troisièmement, approfondir les échanges socioculturels. Les deux pays travailleront ensemble à bien organiser les diverses activités de l'Année d'amitié et d'échanges Chine-Inde et à intensifier les échanges bilatéraux entre les jeunes, les médias, les villes jumelées et les talents.

Quatrièmement, gérer adéquatement la question frontalière. Au cours des dernières décennies, grâce aux efforts conjugués de part et d'autre, la question frontalière entre la Chine et l'Inde a été gérée efficacement, permettant de créer des conditions favorables à leur développement respectif. Les deux pays continueront à privilégier les négociations bilatérales pour lever les divergences, à éviter toute perturbation des relations bilatérales en raison de la question frontalière avant qu'une solution lui soit apportée, et à préserver ensemble la paix et la tranquillité dans la région frontalière.

Aujourd'hui, en fin de journée, le Ministre Wang Yi sera reçu par le Président indien Pranab Mukherjee et le Premier Ministre indien Narendra Modi. Les informations y relatives seront communiquées dès que possible.

Q : Pendant le week-end dernier, les militaires philippins et vietnamiens ont organisé des matches sportifs sur l'île Nanzi. Vu les litiges opposant ces deux pays et la Chine, leur geste est-il considéré par la Chine comme un défi ?

R : Ne pensez-vous pas que les manœuvres du Viet Nam et des Philippines ne sont rien d'autre qu'une piète farce ? La souveraineté de la Chine sur les îles Nansha et leurs eaux adjacentes est incontestable. Nous demandons aux Philippines et au Viet Nam de cesser toute provocation, de respecter scrupuleusement la Déclaration sur la conduite des parties en Mer de Chine méridionale et de se garder de tout acte susceptible de compliquer et d'amplifier les litiges.

Q : Qui représentera l'Inde à la commémoration du 60e anniversaire du lancement des Cinq Principes de la Coexistence pacifique le 28 juin ? Deuxième question, lors de sa visite en Inde, le Ministre Wang Yi et son homologue indienne sont convenus d'associer la politique indienne de « regard vers l'Est » et l'accélération de l'ouverture de la Chine vers l'Ouest. Pourriez-vous expliquer cela plus en détail ?

R : Organiser des activités de commémoration du 60e anniversaire du lancement des Cinq Principes de la Coexistence pacifique conjointement par la Chine, l'Inde et le Myanmar est un consensus des trois pays. Sur la question de savoir qui représentera l'Inde à la commémoration, nous sommes en étroit contact avec la partie indienne. Nous publierons les informations concernées dès que possible.

Concernant l'idée évoquée par les Ministres des Affaires étrangères chinois et indien de renforcer la coopération pragmatique et d'associer la politique indienne de « regerd vers l'Est » et l'accélération de l'ouverture de la Chine vers l'Ouest, je vais me renseigner pour connaître plus de détails. Selon ma compréhension, il s'agit d'associer efficacement, dans l'esprit de la complémentarité et du développement commun, les stratégies de développement des deux pays à travers la mise en œuvre des projets de coopération comme la construction d'un corridor économique Bangladesh-Chine-Inde-Myanmar, de la « Route de la Soie maritime du 21e siècle » et de la « Ceinture économique de la Route de la Soie ».

Q : Selon Kyodo News et d'autres médias, le gouvernement japonais n'a pas déclaré 640 kilos de plutonium non utilisés dans son rapport annuel soumis à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Ces matières suffisent, selon des médias, à fabriquer 80 bombes nucléaires. Ce qui a suscité des interrogations dans la communauté internationale. Quel est votre commentaire là-dessus ? D'après vous, le Japon a fait exprès de dissimuler la réalité ou il est dans l'incapacité de bien contrôler ses matières nucléaires ?

R : Nous avons pris note des informations concernées. Il appartient au Japon de répondre s'il s'agit d'une omission ou d'une dissimulation. Mais rendre compte fidèlement à l'AIEA du stock et de l'utilisation des matières nucléaires est non seulement une règle de l'AIEA, mais aussi une obligation à remplir à la lettre par le Japon. Ce n'est qu'ainsi que le contrôle et les garanties de l'AIEA ont du sens. Nous espérons que le gouvernement japonais donnera des explications crédibles sur cette affaire.

Le stockage au Japon pendant de longues années des matières nucléaires sensibles excédant de loin ses besoins réels préoccupe profondément la communauté internationale. Nous espérons que le Japon répondra effectivement aux préoccupations de la communauté internationale, fera des efforts concrets pour résoudre dans les meilleurs délais le problème du déséquilibre entre l'offre et la demande de matières nucléaires sensibles, et surtout se gardera des actions susceptibles d'accentuer le déséquilibre.

Q : Quelles sont les considérations de la Chine derrière la publication le 8 juin du document intitulé Opération sur la plate-forme HYSY 981 : Provocations du Viet Nam et position de la Chine ? Pourquoi ce timing ?

R : La Chine privilégie depuis toujours le dialogue bilatéral pour résoudre adéquatement les questions concernées. A partir du 2 mai, la partie vietnamienne n'a cessé de perturber violemment l'opération chinoise au sud de l'île Zhongjian. Dès le début, la partie chinoise a fait preuve de retenue. Elle a eu plus de 30 échanges aux différents niveaux avec la partie vietnamienne et fait des représentations solennelles auprès de cette dernière, lui demandant de cesser toute forme de perturbation et de sabotage et de retirer immédiatement tous ses navires et personnels sur place.

Cependant, la partie vietnamienne a intensifié son intervention. D'une part, elle a renforcé ses actes de perturbation et de sabotage dans les eaux concernées , d'autre part, elle a diffusé sans scrupule des rumeurs et des calomnies contre la Chine à l'échelle internationale dans le but de l'attaquer et de la dénigrer. C'est face à cette situation que nous nous sommes vus obligés de faire connaître les faits et la réalité à la communauté internationale.

Je tiens aussi à indiquer que les graves crimes d'attaque, de sabotage, de pillage et d'incendie commis le mois dernier contre des entreprises étrangères au Viet Nam a fait subir de lourdes pertes humaines et matérielles à la partie chinoise. Mais jusqu'ici, la partie vietnamienne n'a toujours pas dédommagé les personnes et entreprises chinoises victimes. Nous demandons au Viet Nam de prendre des mesures effectives et concrètes pour assurer la sécurité et les biens des entreprises et des ressortissants chinois au Viet Nam, sanctionner sévèrement les auteurs de crime et indemniser dûment les victimes chinoises.

Q : Certains médias chinois ont attribué les récentes attaques terroristes violentes au Xinjiang à la diffusion des idées religieuses extrémistes sur Internet. D'après vous, quel est le rôle d'Internet dans la propagation des idées religieuses extrémistes ? D'où viennent-elles ? En outre, certains estiment que ce sont les strictes restrictions du gouvernement chinois sur les activités religieuses qui ont conduit à l'éclatement des attentats terroristes violents au Xinjiang. Que pensez-vous de cette opinion ?

R : Je ne sais pas si vous avez lu attentivement les révélations détaillées publiées par les services chinois de la sécurité publique sur l'attentat terroriste violent survenu le 30 avril dans la Gare Sud d'Urumqi. Selon les informations données par la police du Xinjiang, il s'agit là d'un grave attentat à la bombe terroriste et violent orchestré de l'extérieur. Fomenté par des membres du « Mouvement islamique du Turkestan oriental » en dehors de la Chine, cet attentat a été perpétré par leurs complices à l'intérieur de la Chine. Comme l'ont révélé les enquêtes, les principaux éléments du mouvement prônent des idées religieuses extrémistes et se livrent aux activités religieuses illégales depuis 2005, et ces dernières années, le mouvement n'a cessé de faire circuler des idées religieuses extrémistes et des pratiques terroristes sur Internet et a même orchestré, fomenté et organisé directement des attaques terroristes violentes en Chine. Il existe des preuves solides en la matière.

Vous avez dit tout à l'heure que certains estiment que les strictes restrictions du gouvernement chinois sur les activités religieuses ont conduit à l'éclatement des attentats terroristes violents. Je tiens à réfuter cette opinion totalement erronée. Le gouvernement chinois protège la liberté de croyance religieuse des citoyens chinois en vertu de la loi et les Chinois croyants de différentes ethnies ont toute la liberté de pratiquer normalement leur religion conformément à la loi. Nous nous opposons à tout amalgame entre le terrorisme et une ethnie ou religion donnée. Le terrorisme est l'ennemi commun de l'humanité et la communauté internationale doit rejeter le deux poids deux mesures et combattre ensemble ce fléau. Nous espérons que la communauté internationale accordera la compréhension et le soutien à notre lutte contre les forces terroristes dont le Mouvement islamique du Turkestan oriental.

Q : Selon des médias, le Ministère iranien des Affaires étrangères a annoncé le 7 juin que l'Iran mènerait des consultations directes respectivement avec les Etats-Unis et la Russie sur la question nucléaire iranienne. L'Iran a aussi fait savoir qu'il aurait des discussions bilatérales avec les autres parties du P5. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Depuis le début de cette année, les Six et l'Iran ont mené quatre tours de négociations en vue d'un accord global sur la question nucléaire iranienne et le cinquième tour aura lieu du 16 au 20 juin. Avec l'entrée des négociations dans une « zone en eau profonde », les problèmes à traiter seront plus complexes et plus sensibles et les différentes parties devront continuer à travailler dans un esprit souple et pragmatique pour rechercher du terrain d'entente et aplanir les divergences. Nous sommes favorables aux contacts bilatéraux directs entre les parties concernées et l'Iran et estimons que cela profitera à l'approfondissement de la compréhension mutuelle et à la promotion du processus de négociations en vue d'un accord global. La Chine entend aussi poursuivre les contacts et coordinations étroits avec les différentes parties concernées et participer de manière constructive et globale au processus susmentionné.

Q : Ce matin, un attentat terroriste a eu lieu à l'aéroport de Karachi, au Pakistan, tuant beaucoup de civils. Le groupe taliban pakistanais a revendiqué cette attaque meurtrière. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Nous avons lu les reportages concernés. Nous sommes choqués par cet attentat grave et violent à l'aéroport de Karachi et le condamnons fermement. Nous exprimons nos condoléances aux victimes et notre sympathie sincère à leurs familles et aux blessés en souhaitant à ces derniers un prompt rétablissement. Le gouvernement chinois soutient depuis toujours les efforts du gouvernement pakistanais visant à élaborer et à appliquer une stratégie de lutte antiterroriste et de sécurité adaptée aux réalités nationales et nous continuerons à accompagner ses efforts pour préserver la sécurité et la stabilité nationales et combattre le terrorisme.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés